Comité champion Au premier plan

Le Comité champion Au premier plan (CCAPP) a pour mandat de promouvoir l’initiative Au premier plan : le Canada se mobilise contre le VIH/sida (2005-2010) et de s’en faire le champion. Le CCAPP tient des rencontres semestrielles.

Les membres du CCAPP sont les suivants :

Kim Thomas (coprésidente) travaille depuis plus de dix ans à la lutte contre le VIH/sida. Elle est motivée par une ferme volonté de garantir que les décideurs politiques entendent les voix des personnes et des collectivités les plus touchées par cette maladie. Mme Thomas a commencé sa carrière au Réseau canadien autochtone du sida et elle est actuellement directrice des programmes à la Société canadienne du sida, où elle supervise les activités d’analyse, d’élaboration et de défense de politiques de l’organisme ainsi que le renforcement des capacités et la création de partenariats nationaux. Elle possède une vaste expérience et des connaissances approfondies sur diverses questions liées au VIH/sida, y compris la mise au point de microbicides et de vaccins, la réduction des co‑infections et des méfaits, la pauvreté et l’itinérance et les enjeux propres à certaines populations.

Marsha Hay Snyder est directrice intérimaire de la Division des politiques, de la coordination et des programmes sur le VIH/sida du Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada. La Division est chargée du leadership fédéral en matière de VIH/sida dans les domaines du développement des connaissances, de la coordination des programmes et des interventions stratégiques, de la planification et de la reddition de compte. Mme Hay Snyder s’est jointe à Santé Canada en 1998 et a depuis occupé des postes de cadre dans le secteur des politiques publiques et de l’établissement de programme. Elle a dirigé l’élaboration de l’examen quinquennal de la Stratégie canadienne sur le VIH/sida, Au premier plan, et de l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada. Elle est actuellement présidente du Comité des centres de responsabilité de l’Initiative fédérale, qui dirige les mesures concertées des partenaires fédéraux.

Sharon Baxter (coprésidente intérimaire) est actuellement directrice exécutive de l’Association canadienne de soins palliatifs. Elle possède une maîtrise en travail social dans le domaine de l’administration et de la politique publique et travaille aux politiques nationales en matière de santé depuis seize ans. Elle a été coprésidente de l’organisme de coordination de la Stratégie canadienne sur les soins palliatifs et les soins de fin de vie. Elle siège à de nombreux comités et coalitions nationaux qui étudient les questions associées aux soins de fin de vie, en particulier les politiques en matière de santé. En plus de son poste à temps plein actuel, elle s’occupe aussi de dossiers liés aux microbicides et aux vaccins contre le VIH/sida. Mme Baxter a été auparavant directrice administrative de la Société canadienne du sida, où elle a pris part pendant sept ans à des travaux sur le VIH/sida au pays et à l’étranger.

Jacqueline Gahagan, Ph. D., est professeure en promotion de la santé de la School of Health and Human Performance de l’Université Dalhousie, où elle détient une nomination conjointe dans divers départements, notamment : santé communautaire et épidémiologie, études développementales internationales, études sur les sexes et sciences infirmières. Elle est membre du comité de rédaction de plusieurs revues à comité de lecture notamment la revue Health Care for Women International et la Revue canadienne de santé publique. Pendant près de 20 ans, Jacqueline a travaillé dans le domaine du VIH/sida, notamment en ce qui concerne la défense des droits, l’activisme et la recherche. Avant de se joindre à l’Université Dalhousie, Jacqueline a travaillé dans le domaine de la santé publique en tant que spécialiste de la promotion de la santé, spécialiste de l’évaluation de programme et experte-conseil en promotion de la santé. Madame Gahagan est également membre fondateur de l’Atlantic Interdisciplinary Research Network, membre du Conseil consultatif ministériel sur l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada et ancien membre des conseils d’administration du Réseau juridique canadien VIH/sida, de l’Association canadienne de recherche sur le VIH, de la Nova Scotia­Gambia Association de la Coalition interagence sida et développement, entre autres. (Liaison pour le Conseil consultatif ministériel sur l’Initiative fédérale de lutte contre le VIH/sida au Canada)

Frank McGee est coordonnateur du Bureau de lutte contre le sida du ministère de la Santé de l’Ontario depuis février 1997. Le Bureau finance des programmes communautaires de soutien et d’éducation sur le sida, cherche à sensibiliser les utilisateurs de drogues injectables, soutient la recherche et fournit une infrastructure de recherche. De plus, le Bureau de lutte contre le sida surveille le Programme de dépistage anonyme du VIH et le programme prénatal de dépistage du VIH et fournit des services de secrétariat au Comité consultatif ontarien de lutte contre le VIH/sida. M. McGee possède une expérience diversifiée des questions relatives au VIH/sida, notamment dans les milieux communautaire et gouvernemental et le milieu de la recherche. Il présente des exposés à de nombreuses conférences internationales, nationales et provinciales sur le VIH/sida. À titre de coordonnateur du Bureau de lutte contre le sida, M. McGee participe à des projets variés de recherche sur le VIH/sida et fait partie de diverses équipes. Coprésident du Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur le VIH/sida, il est aussi membre d’office du comité consultatif sur le VIH/sida de la ministre fédérale de la Santé. Avant de devenir coordonnateur du Bureau de lutte contre le sida, il a occupé à compter de 1988 un certain nombre de postes gouvernementaux dans le domaine de la lutte contre le sida. (Représentant des provinces.)

Terry Pigeon (coprésident intérimaire) est séropositif depuis 1985 environ. Il a travaillé comme contrôleur et directeur général au sein de diverses entreprises québécoises et possède des compétences en finance, en ressources humaines et en négociation. Depuis 1996, il participe activement à la lutte contre le VIH/sida à Montréal, plus précisément au sein de de Sida bénévoles Montréal. Il y a été bénévole actif puis coordonnateur des bénévoles et a occupé de façon intérimaire les fonctions de coordonnateur de bureau et de directeur exécutif. Il a également fait partie du conseil d’administration pendant huit ans, dont cinq à titre de président. Il est actuellement président de la Fondation québécoise du sida et il est aussi président du conseil d’administration du Réseau canadien d’info‑traitements sida. M. Pigeon est un grand défenseur des droits et des responsabilités des personnes atteintes du VIH et du rôle joué par les organismes communautaires dans ce secteur.

Edoye Porbeni, ancienne journaliste, a passé les premières années de sa carrière à écrire sur des questions de santé et des questions sociales touchant les Noirs nord‑américains. De 2005 à 2007, elle a été coordonnatrice d’un projet financé par le gouvernement fédéral visant à établir des services de ressources en matière de VIH/sida dans trois villes de la région sanitaire de Fraser, en Colombie-Britannique. Elle est également membre du comité régional sur le VIH/sida de la régie régionale de la santé de Fraser. Mme Porbeni possède notamment de l’expérience dans la planification et la mise en œuvre de programmes et de projets de lutte contre le VIH/sida. Elle s’intéresse aux aspects psychosociaux du VIH/sida qui touchent les femmes, les jeunes et les immigrants. Elle participe également à des initiatives de lutte contre le VIH/sida dans son pays d’origine, le Nigeria. Elle possède un diplôme en communications et en relations internationales de l’Université d’État de la Géorgie à Atlanta.

Randy Jackson est membre des Chippewas de Kettle et de Stony Point, dans le sud-ouest de l’Ontario. Randy est un chercheur utilisant des approches qualitatives qui œuvre exclusivement dans le domaine du VIH/sida chez les communautés autochtones et qui étudie plus particulièrement les « expériences vécues ». Randy a fait des études en sociologie à l’Université d’Ottawa et à l’Université du Manitoba et travaille à la lutte contre le VIH/sida dans les communautés depuis quatorze ans. À l’heure actuelle, il fait un doctorat sur la justice sociale à l’école de service social de l’Université McMaster. Dans ses loisirs, Randy aime voyager, faire de la photo pour le côté créatif et faire du jogging pour rester en forme.

Denise Lambert a commencé à s’intéresser au VIH/sida en 1985. Étant en lien avec un réseau à risque élevé, Denise a appris comment se transmettait le VIH. En 1987, elle présentait des exposés sur le VIH/sida dans des centres correctionnels fédéraux et provinciaux. En 1988, elle a effectué sa première étude de recherche avec le Yellowhead Tribal Council, en Alberta. Elle est titulaire d’une diplôme en études de la récréologie et des loisirs, faculté d’éducation physique de l’Université de l’Alberta. Son principal objectif est de transmettre l’information sur le VIH aux personnes qui en ont besoin et de veiller à ce que les Autochtones participent à la prise de décisions touchant les programmes et les politiques sur le VIH. À l’heure actuelle, elle concentre ses efforts sur la conception de programmes, d’interventions et d’outils d’évaluation tenant compte de la valeur de l’application pratique et sur une base de données probantes complémentaire. Denise travaille avec la Kimamow Atoskanow Foundation en Alberta. Elle est membre du Conseil national des autochtones sur le VIH/sida, lequel représente le point de vue communautaire. L’« arbre de la création », un cadre fondé sur la nature pour les Autochtones, lui sert de guide pour son travail.